Au Sud Ouest

 

Le secteur agroalimentaire, une ambition internationale

 

Le secteur agroalimentaire revient souvent au cœur des débats stratégiques et économiques. Même si l’Union Européenne fait face à la concurrence des pays émergents, ses filières agricoles bien structurées, la biodiversité de ses territoires, ainsi que ses systèmes de contrôle lui permettent de rester compétitive dans le monde. Au cours de cet article, nous aborderons donc la situation actuelle du secteur agroalimentaire de l’Union Européenne, avant d’évoquer le cas de la France qui se place aux premiers rangs à l’échelle international avec son secteur agroalimentaire très puissant. Retour sur cette industrie puissante, avec un focus sur la région Sud-Ouest de la France.

Etat des lieux de l’industrie agroalimentaire de l’EU

L’industrie agroalimentaire (IAA) se définit comme l’ensemble des activités industrielles ayant pour objectif de transformer les matières premières issues de l’élevage ou de l’agriculture en produits alimentaires pour la consommation humaine. Le secteur agroalimentaire européen se positionne parmi les secteurs les plus puissants à l’échelle internationale. Sur 100 euros d’échange entre l’Union Européenne et le reste du monde, l’industrie agroalimentaire représente 8 euros. Même si ce chiffre semble faible par rapport aux apports des industries énergétique ou automobile, le secteur agroalimentaire européen est d’une importance capitale pour l’économie de l’UE généralement et l’économie française plus particulièrement. Selon Eurostat, le bureau européen de statistique, l’année 2015 a connu un excédent commercial supérieur à 9 milliards d’euros, Pour cause : les exportations de produits alimentaires ont dépassé les 123,2 milliards d’euros, tandis que les importations ont été estimées à 114,1 milliards.

L’analyse du résultat de la balance commerciale européenne des produits agroalimentaires (à l’exception des poissons et leurs dérivées ainsi que les boissons) a annoncé des données pertinentes.

D’après le Centre du commerce international, l’Union Européenne exporte des produits laitiers, céréales, fécules, farine, plus qu’elle n’en importe. Cet excédent d’environ 9 milliards est dû essentiellement aux exportations du lait et ses dérivés ainsi que celles d’œufs, qui s’estiment à 8,5 milliards.

D’ailleurs, les exportations de viande, volaille et d’animaux vivants ainsi que de céréales, sont aussi excédentaires, elles s’estiment respectivement à 8,1 milliards et 4,1 milliards.

Toujours selon la même source, le secteur des fruits et légumes a aussi son importance. En effet, il participe à hauteur de 67% aux transactions qui se passent entre les États membres. Cela signifie que les secteurs qui en génèrent le plus, que ce soit en exportations ou importation au sein et en dehors de l’UE, sont le lait et ses dérivées, la viande, les céréales et les fruits et légumes.

Le secteur agroalimentaire français en tête

Le secteur agroalimentaire français reste aux premiers rangs à l’échelle internationale. La France se place en deuxième position au niveau européen derrière l’Espagne et en quatrième place au classement des exportateurs agroalimentaires à l’échelle internationale, avec ses 44,2 milliards d’euros d’exportations alimentaires en 2016. L’agroalimentaire est le 1er secteur industriel de l’hexagone avec des industries de poids, un chiffre d’affaires de 185 Md€, 61 000 sociétés, plus de 2100 coopératives agricoles et près de 570 000 employés.

En 2017, la France s’est positionnée au 6ème rang des exportateurs internationaux des produits agroalimentaires derrière l’Allemagne, les Pays-Bas, les États-Unis, le Brésil et la Chine. Au niveau de la balance commerciale, le secteur agroalimentaire du pays se présente comme le 3ème participant à la balance commerciale française, avec un bénéfice de 5,7 Md€.

Une filière à vocation agricole diversifiée

Particulièrement riche et diversifiée, la filière se caractérise par une large palette de produits exportés parmi lesquels on note : les boissons avec 15,9 Md€ de chiffre d’affaires, le lait et ses dérivés avec 6,6 Md€, les viandes et leurs dérivés avec 4,5 Md€ et les céréales avec 2,7 Md€. Le secteur est très attractif pour les investisseurs. En effet, il a accueilli environs 150 investissements étrangers dans la période 2016 – 2017. Ce boom économique s’est traduit par une création de plus de 4 200 postes.

Au sein de l’Union Européenne, la France se place à la première position au niveau de la production de céréales et de sucre. Selon Eurostat 2016, ces secteurs ont respectivement enregistré des productions de 53,6 millions et de 5,8 millions. En 2017, le pays s’est aussi positionné comme le premier cheptel européen en bovins avec plus de 18 millions de production. D’après Eurostat, il dispose de plus de 193 000 éleveurs de bovins.

Dans le même contexte, la filière avicole française se distingue grâce à sa production qui place le pays à la 3ème place des producteurs de volailles en Europe. En 2017, 1,65 million tonne équivalent-carcasse (TEC) a été enregistré, derrière la Pologne qui a atteint 2,34 millions et le Royaume-Uni avec 1,83 million.

Toujours selon Eurostat, l’Hexagone se positionne au 6ème rang international au niveau des exportations de volailles. En 2017, le montant des exportations de volailles s’est élevé à 933 M€.

D’autre part, le marché bio annonce aussi une forte croissance, de l’ordre de 7 milliards d’euros. Selon Eurostat, l’agriculture biologique française se caractérise par la forte diversité de ses productions. En 2016, la consommation de produits bio a atteint 7 milliards d’euros, c’est-à-dire, une croissance de 21 % par rapport à 2015. Cette situation revient principalement aux surfaces biologiques cultivées en France et s’estiment à 1,54 millions d’hectares, soit 13 % de la surface agricole bio de l’ensemble de l‘Union Européenne. Ainsi, la France se positionne au 3ème rang au niveau de surfaces agricoles cultivées en bio.

De toute évidence, on ne peut pas parler des exportations françaises sans évoquer la place du vin, après tout on parle du pays du vin. En 2016, la France s’est placée comme le 2ème producteur mondial de vin avec une production de 45,6 millions d’hectolitres, derrière l’Italie. Sachant que cette filière recense plus de 3 000 sommeliers et plus de 142 000 viticulteurs et que le tiers de sa production est destiné à l’export, le pays se place au 1er rang des exportateurs internationaux de vin. De plus, avec des ventes s’élevant à 9,1 milliards d’euros, les vins français ont représenté 28 % des exportations internationales en 2017.

L’industrie agroalimentaire se digitalise

Malgré cet hégémonie économique, l’industrie agroalimentaire française tarde aujourd’hui à se digitaliser en comparaison des autres secteurs tels que l’automobile ou l’aéronautique, ou encore par rapport aux filières des autres pays de l’Union Européenne comme les Pays-Bas et l’Allemagne. Cependant, l’Hexagone fait exception, au niveau de la communication digitale. Le secteur progresse à grand pas dans ce domaine.

En 2018, l’industrie agroalimentaire a été l’industrie la plus suivie sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, avec plus de 52 millions de followers, en surpassant ainsi le secteur de la mode et celui du e-commerce.

Mais pourquoi la communication digitale est-elle si importante ? Parce que, qu’elle que soit la taille de l’entreprise, son secteur d’activité ou encore son nombre de salariés, la communication digitale s’impose fortement étant donné que les deux tiers de la population sont connectés via Internet. Ce marché à part entière intéresse les entreprises du secteur agroalimentaire pour augmenter leur part de marché.

Dans le cas des produits alimentaires et de l’industrie agroalimentaire, c’est un investissement peu coûteux qui est pourtant très rentable. En effet, la communication ne nécessite pas de réformer radicalement la culture d’entreprise, c’est pour cette raison que les IAA françaises, notamment celles du Sud-Ouest, y consacrent une part assez importante de leur budget.

Le Béarn le 1èr territoire agricole européen

Le Béarn est une région agricole très connue pour sa diversité. Elle constitue l’un des pôles économiques les plus compétitifs du pays, au niveau de l’élevage, de la culture du maïs, de la viticulture, ou encore des filières bovins-viande, bovins-laits, porcs, volailles, foie gras. De nombreux atouts placent cette région dans les premiers rangs au niveau de la France généralement et au niveau de l’Union Européenne plus particulièrement.

Les filières bovins-viande et bovins-lait jouent un rôle important dans les relations nouées par le Béarn avec les entreprises qui opèrent dans le secteur de la transformation. Même chose, pour la production de maïs qui contribue aussi au renforcement de la présence des entreprises agro-alimentaires de la région et le Groupe Bongrain qui produit plus que 11 000 tonnes de fromage annuellement à la Fromagerie des Chaumes. La viticulture, quant à elle, n’est pas en reste puisqu’elle représente un pôle de compétitivité très connu, notamment avec ses trois Appellations d’Origine Contrôlées (AOP) : Madiran, Jurançon et Pacherenc.

Par ailleurs, l’industrie agroalimentaire du Béarn se distingue principalement par la présence de compagnies structurantes aussi bien positionnées au niveau national qu’au niveau mondial. Localement, le secteur agroalimentaire béarnais regroupe environ 3500 grandes firmes en plus des PME. Toutes ces entreprises se développent et participent au rayonnement économiques du la région Sud-Ouest.

 

En résumé, le secteur agroalimentaire français joue un rôle primordial dans le rayonnement économique du pays à l’international. L’ensemble de l’Hexagone joue un rôle important dans cette compétition entre les différents États du monde. Cependant, pour ne pas perdre sa place de leader dans le secteur, la France et toutes ses régions comme le Sud-Ouest, se doivent d’évoluer en parallèle des évolutions technologiques.

Blog Au Sud Ouest

retrouvez nos derniers articles de blog, ci dessous :

Découvrir les Vignobles d’Anjou

L'Anjou est une région viticole située à proximité de la ville d'Angers. Le vignoble d’Anjou dispose de 27 appellations et d’une grande variété de vins blancs, rosés et rouges de différents styles : secs, doux et moelleux. Cette variété revient essentiellement à la...

5 Choses à savoir sur le cassoulet

Réel symbole de la gastronomie française, le cassoulet est un plat typique du Sud-Ouest. Il serait né à Castelnaudary, devenue la capitale de ce met traditionnel. Mais le cassoulet est aussi le sujet de nombreuses anecdotes et d’histoires témoignant d’un héritage...

La Feria 2019 de Dax

Comme le dit Dominique Truy, Directeur Général des Services de la Communauté d’Agglomération de Grand Dax, la Feria c’est la culture landaise dans toute sa splendeur : de la joie, du partage et de la bonne humeur. Si vous souhaitez vivre de l’intérieur la prochaine...

Minceur : l’été dans nos assiettes

La saison estivale approche à grands pas et on vraiment envie de se sentir bien dans son corps… sans faire de concessions dans nos assiettes. Car oui, on est motivées à perdre quelques kilos mais on souhaite avant tout changer notre alimentation de manière durable. En...

Les spécialités du Sud-Ouest les plus connues

Le Sud-Ouest de la France est reconnu pour sa gastronomie gourmande et savoureuse. Retour sur les différentes spécialités de la région. Le foie gras C’est surement la plus emblématique des spécialistes de la région Sud-Ouest : le foie gras. Ce produit est un des plus...

Contactez nous :

1 + 14 =